Sous-Produits Animaux dans la Nourriture pour Chien et Chat | Définition

Sous-Produits Animaux dans la Nourriture pour Chien et Chat | Définition

Que signifient les « sous-produits animaux » dans la nourriture pour chien et chat ?

Si vous êtes attentif aux ingrédients présents dans le paquet de croquettes de votre chien ou la pâtée de votre chat, vous avez peut-être remarqué la mention « sous-produits animaux », plus ou moins détaillée. Le terme en lui-même n’est pas très engageant et peut rebuter certains d’entre-vous. Pour autant, qu’est-ce qui se cache derrière cette expression ? Quelles sont ses composantes et la réglementation associée ?

Sous-produits animaux : un terme très encadré par la loi

Comme tout ce qui traite de l’alimentaire, les sous-produits animaux font l’objet d’une réglementation au niveau européen (n°1069/2009). Il existe à ce jour 3 catégories de sous-produits animaux :

  • catégorie 1 : entrent dans cette catégorie toutes les matières qui présentent un risque sanitaire important. Cela peut être par exemple les bêtes récupérées sur le bas côté d’une route en état de décomposition. Toutes ces matières seront détruites par incinération et ne risquent en aucune façon de se retrouver dans l’alimentation de votre animal ;
  • catégorie 2 : on trouve dans cette catégorie les matières qui présentent un risque moins important pour la santé publique mais impropres à la consommation humaine ou animale. C’est le cas par exemple d’animaux destinés à l’abattage mais qui arrivent morts, ou bien des animaux qui présentent des résidus de médicaments dans leur organisme. Ces matières seront soient incinérées, soit valorisées dans l’agriculture sous forme d’engrais, entre autres ;
  • catégorie 3 : seuls les matières présentes dans cette catégorie ne présentent aucun risque sanitaire, que ce soit pour l’homme ou pour l’animal. C’est donc de cette catégorie que proviennent les sous-produits animaux que vous pouvez retrouver dans votre nourriture pour chien et chat, croquettes ou pâtée. Il s’agit notamment de toutes les parties d’animaux non valorisées dans la chaîne alimentaire humaine. Les matières de la catégorie 3 pourront être utilisées dans l’alimentation animale, mais aussi valorisées pour un usage en cosmétologie, en agronomie ou en pharmacie par exemple.

Sous-produits animaux dans les croquettes : pour ou contre ?

On l’a vu, derrière ce vaste terme se cache en réalité des produits non-valorisés dans l’alimentation humaine, bien que propre à sa consommation. On va y retrouver différents types de matière dont l’intérêt nutritionnel est variable :

  • les os et cartilages, les tissus adipeux (le gras) : ces matières sont souvent utilisés dans l’alimentation animale mais n’apportent rien à votre animal d’un point de vue nutritionnel. Souvent, ces matières se seront pas détaillées sous la mention “sous-produits animaux” sur les étiquettes d’ingrédients ;
  • les abats, le sang des animaux, le cou de poulet : bien que pas ou peu valorisés dans l’alimentation en général, celle des humains en particulier (question de goût principalement), ces aliments sont pourtant très intéressant d’un point de vue nutritionnel ! Le sang d’animaux est par exemple riche en fer. Concernant les abats, on distingue les abats blancs (tripes, tête, pieds, oreilles…) des abats rouges (foie, rognons, coeur, langue, cervelle…). Ces derniers, en plus d’offrir une teneur en fer et en zinc intéressante, sont plein de protéines, essentiels à la santé de nos animaux.
  • les produits restants (poils, cornes, sabots, plumes) : si ces produits peuvent être valorisés dans certains domaines (pharmaceutique ou cosmétique), il n’y a aucune chance d’en retrouver dans les aliments de nos animaux sous le cadre réglementaire européen.

Vous l’aurez donc compris, il ne faut pas à tout prix écarter la mention « sous-produits animaux » de votre recherche de croquettes. Vous devrez en revanche être attentif à la qualité des sous-produits utilisés, et favoriser les abats et le sang d’animaux. Il vous faudra dans tous les cas privilégier une alimentation composée en majorité de viande ou de poisson (au minimum 30%), et surtout, rechercher la transparence : une liste d’aliments ultra-détaillée est bien souvent la garantie d’un produit de qualité.

Laissez une réponse